La Moutière 2015

 

 

Campagne Hypertélescope dans la vallée de la Moutière, dernière semaine du mois d'août. Les conditions de la campagne de cet année sont différentes de l'année 2014. En effet, le professeur Labeyrie étant à la retraite, la manip se maintient grâce à la bonne volonté de bénévoles, de scientifiques et d'ingénieurs donnant de leur temps en dehors de leurs heures de travail, ainsi que grâce à l'apport d'étudiant et de post doctorant ayant une motivation sans bornes pour une des plus belles manip prospectives sur les télescopes du XXIème siècles.

Cette année, la campagne, pour des raisons de disponibilités des intervenants, à démarré plus tardivement que les années précédentes. L'installations ne s'est faite que sur la fin du mois de juin et à nécessité environ un mois de travail pour revenir au niveau de l'installation de la fin de la campagne 2014. 

Je suis monté cet année, pour 5 jours, avec comme premier objectif d'assister au mieux de ce que je pouvais faire les personnes présentes (en l'occurrence Antoine Labeyrie, Arun Surya, Rémi Prud'homme, Denis Mourard et Wassila Dali Ali). Mon deuxième objectif était aussi de mettre en oeuvre l'Oculaire Frangeur LOMA que j'ai conçu et réalisé avec l'aide de la mécanicienne de mon laboratoire, Sandra Bosio. Malgré une première nuit au gîte de Bayasse, pour cause de route coupée par les fortes intempéries intervenues la veille de mon arrivée, j'ai put monter le lendemain matin grâce à Denis, venu me chercher en 4x4.

La nacelle 2015 est une évolution de la version 2014 incluant des amélioration sur le système de pilotage et de contrôle d'attitude. Malheureusement, le changement de situation évoqué plus haut (manque de moyen ayant empêché d'avoir un électronicien à temps complet), à empêché de réaliser dans les temps l'évolution de l'électronique et gestion de l'énergie vers un système d'alimentation supportant la consommation de courant du frangeur LOMA. Autrement dit, l'oculaire ayant d'ors et déjà fait ses preuves pour l'obtention de franges en mode radio piloté, il faudra attendre l'achèvement des travaux de l'année à venir pour envisager de nouveau un test d'obtention des franges directement dans la nacelle.

Quoiqu'il en soit, nous pouvons voir ci dessous la nacelle au point affectueusement nommé "Cap Canaveral", nacelle accrochée à son pylône à quelques minutes de son décollage en direction des 101m87 de sa position de travail.

La perspective à droite montre l'interminable câble grimpant le long d'un couloirs d'avalanche en direction de son point d'accroche fixe sur le flanc sud de la vallée.

Après une montée rapide (45 minutes), la nacelle était en place, correctement alignée sur son point de départ à -25 minutes du transit de l'étoiles Véga que l'on voit à Gauche de la nacelle (j'en veut pour preuve que l'on distingue à gauche de Véga la célèbre doublé étoile double), nacelle éclairée par le laser vert de guidage. 

La cliché est pris au crépuscule, à moins d'un mètre de ce que l'on appelle la lunette mi-base, c'est à dire située au milieu de la base constituée des 2 miroirs de 15 cm séparés de 16m, à l'aplomb de la position de transit de l'étoile.

En se tournant vers le sud, depuis la lunette mi base, se trouve la plateforme du miroir M1 nord (trépied de droite), protégé par de l'aluminium évitant une trop grande dilatation du trépied  due à la variation de température jour/nuit.

Sur la gauche, se trouve le trépied supportant une monture GM8 Losmandy éclairant la nacelle à l'aide d'un laser vert. Ce laser se réfléchi sur un coin cube situé sous la nacelle, et est renvoyé vers le sol. Nous pouvons voir sur les clichés suivant les speckles du laser après réflexion. L'ombre projetée circulaire est une petit lunette de suivi oculaire. En parallèle sur la platine se trouve aussi une lunette équipée d'une sbig en vue d'assurer un autoguidage via PHD guiding.

La météo de la première nuit ne fut pas favorable aux tests de poursuite. La soirée fût consacrée à l'acquisition du faisceau coudé au niveau du télescope situé au sud de la vallée (station affectueusement nommée Obélix).

La vidéo suivante montre le passage de Véga près de la nacelle lors de ces tests d'attitude nacelle :

 

 

La version en résolution originale est disponible ici.

L'ambiance de travail sur la plateforme est extrêmement studieuse et dense, malgré les températures très très fraîches et une humidité persistante au niveau des m1 (vidéo originale ici):

 

Lors de la troisième nuit de travail la même configuration de prise de vue à permis de saisir sur environ une heure, le déplacement de la nacelle suivant une trajectoire opposée au déplacement de l'étoile Véga. Un léger parallaxe dût à la position de l'appareil photo montre Véga légèrement au sud de la nacelle lors du croisement. Lors de cet essai, Antoine à validé le système de poursuite composé d'une optique à oeil de chat, assisté d'un télescope ETX90. Le système à parfaitement fonctionné, et ouvre la voie à un système simple d'autoguideur pour le suivi de l'Hypertélescope. Ayant pût observer dans l'instrument, on voit dans ce système à oeil de chat, à contrario du mouvement de déplacement des 2 objets, Véga et la nacelle se superposer quasi parfaitement sur l'image. Une différence dans le suivi se traduit par un écartement de l'objet et de l'image, écartement pouvant servir de signal d'erreur pour un asservissement de position. (Vidéo originale ici)

 

 

Pour ce qui est du Frangeur LOMA, comme expliqué plus haut, ce ne sera malheureusement pas pour cette année, il reste encore du travail d'adaptation de l'électronique, ainsi que du soft a écrire de la part de Rémi, qui s'est déjà particulièrement impliqué dans l'adaptation.

Quoiqu'il en soit, et pour montrer l'état actuel de ce qui est envisageable sur point de vue technique, nous avons monté l'oculaire frangeur LOMA sur le C8 d'Obelix, oculaire qui de part sa mécanique plus précise, peut être envisagé pour palier au premier oculaire frangeur réalisé par Antoine. Le frangeur LOMA, même si je suis redescendu avec pour profiter de l'hiver pour le tester de manière plus approfondie sur un interféromètre classique monté par mes soins, reste à la disposition du projet d'ici a la fin de la campagne (il suffirait pour cela de passer par un transporteur pour la rapatrier à la Moutière d'ici à la fin de la campagne), sachant qu'Arun à assuré cette année la prise en main et assuré, lors d'un test au sol chez Antoine, la superposition des spots, au travers d'un C8 sur cible artificielle.

La connectique reste à "durcir" aux conditions de l'embarqué, mais l'engin est prêt à faire parler les franges.... Antoine est ci dessus en pleine préparation de la nuit suivante, encore consacrée à l'acquisition coudée. A droite, le frangeur LOMA prêt a faire ses première franges.

Voila pour cette année.

Encore un grand merci pour m'avoir permis de contribuer très modestement sur le sujet, même si d'ans l'intervalle de mon court passage, du travail reste encore à faire pour atteindre les franges,  la progression vers le résultats est plus que tangible. La campagne doit s'achever vers la fin du mois de septembre, mais je suis sur que l'aventure va se poursuivre, et en ce qui me concerne, le travail continuera, je l'espère en tous cas sur la partie électronique embarquée nacelle, et l'adaptation de ce frangeur du point de vue mécanique, sur la version 2016 de l'hypertélescope.

B. Trégon